80279515_o

envolé, un jour d'octobre, dans le doux ciel d'Ajaccio... merci les Choupinettes !

Octobre est malheureusement le mois réservé à la sensibilisation du cancer du sein.

Pourquoi "malheureusement" ?

...parce qu'il reste 11 mois de l'année, 11 longs mois, au cours desquels une chappe de silence sur ce sujet s'abat brutalement, et de façon inexpliquée, sur les médias et le monde politique de la santé, entre autres...

Je ne reprendrai pas en détail cette opération, je voudrais juste vous rappeler mes précédents billets sur le sujet : 

Le premier article traitait du  cancer du sein   ICI 

Le dépistage était au coeur du  2ème article  ICI 

L'information sur la revue Rose Magasine se trouve  ICI 

L'information pour devenir une Seintinelle (malade ou bien-portante) se trouve ICI

80226921_o

Par-contre, je vous demande quelques minutes de votre temps afin de prendre connaissance de cette pétition nationale à l'attention du Président de la République et de bien vouloir lui apporter votre soutien, en la diffusant largement autour de vous, car cela nous concerne tous, malades, proches, et tous ceux qui souhaitent que "le droit à l'oubli" devienne un droit concret,  mais aussi en la signant ICI .

Je puis vous assurer que tout reste à l'état de promesse non tenue sur cet engagement... 

M. le Président de la République, Mme la Ministre de la Santé, si vous passez par là... NON, ce combat n'est pas l'affaire QUE d'un mois d'Octobre !!! STOP aux plans Cancer et autres promesses non tenus !... A bon entendeur...

80043348_p

"Monsieur le Président,

Vous annonciez le 4 février 2014, lors de votre discours présentant les lignes directrices du Plan Cancer 3, une mesure essentielle : le « droit à l’oubli bancaire » pour ceux et celles qui, vainqueurs du cancer, entendaient emprunter de l’argent, développer des projets et reprendre ainsi le cours d’une vie qu’ils avaient si chèrement défendue. 
Vous aviez ainsi répondu aux malades, aux familles de malades, qui, avec l’association Rose*, réclamaient depuis des années un engagement de l’Etat à leurs côtés afin de faire face aux exigences démesurées des institutions bancaires.

Vos mots étaient forts et précis :

« La majorité des malades sont guéris ou seront guéris. Mais ils restent suspects, et le découvrent lorsque, voulant recourir à un crédit, il leur est demandé davantage de garanties, ou de supporter davantage de frais. Alors, ils sont guéris, mais ils ne peuvent plus être propriétaires, ou alors à des coûts exorbitants.

Le temps est donc venu d’instituer un véritable droit à l’oubli. Il s’appliquera à tous ceux qui, enfant ou adolescent, ont vaincu le cancer, ainsi qu’à tous les autres malades dont les données de la science nous disent qu’ils sont définitivement guéris. La convention AERAS** (= S’assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé) sera renégociée, sur ces bases, et s’il n’est pas possible de la conclure ainsi, c’est la loi qui interviendra. »

C’était, monsieur le Président, il y a huit mois.

A l’heure où, à Bercy et au ministère de la Santé, des groupes de réflexion se forment et commencent à étudier les modalités techniques de cette renégociation d’AERAS, nous, malades de cancer et proches de malades, réclamons un réengagement fort de votre part. 
Les équilibres existants, avec d’un côté les intérêts des sociétés multinationales d’assurances et, de l’autre, ceux des malades, ne penchent pas en notre faveur. Pour avancer dans le sens de l’équité, votre volonté politique doit être claire et impérieuse. 
Cette promesse engage votre parole, monsieur le Président, mais elle engage aussi nos vies, nos avenirs à tous, millions de malades qui méritons un avenir".

 

57592920

 

  ღ ღ ღ ღ ღ

"Il faut accepter, sans jamais se résigner"

(Bernard Giraudeau)