dépistage 49

Revoiloù Octobre Rose... !

Au-delà d'un coup de gueule, un constat :

Si l'opération Octobre rose a su s’imposer comme un rendez-vous grand public permettant, de sensibiliser et de mobiliser contre le cancer du sein, mais aussi de collecter des fonds, cette opération vire depuis quelque temps à un pinkwashing : (formes diverses de marketing humanitaire et de promotion de biens de consommation et des services, utilisant le ruban rose représentant l’adhésion à la lutte contre le cancer du sein).  Cela devient une manifestation de tout et n'importe quoi, à la fois opportuniste et démagogique, rendant le message de départ (favoriser l'accès au dépistage) totalement inaudible.  

Le mouvement d'Octobre Rose, initié aux Etats-Unis avait, à l'origine, pour objectif de sensibiliser les femmes au dépistage du cancer du sein. Et force est de constater qu'en quelques années, un grand nombre d'institutions privées ou associatives ont relayé ce mouvement visant à informer, à changer l'image sociétale du cancer du sein, et à collecter des fonds.

En France, après quelques années "fastes" (mais aussi de grand-n'importe-quoi), la campagne ne trouve plus d'écho et a perdu son objectif : le dépistage organisé ne décolle pas !

Pourtant, aujourd’hui, avec plus de 54 000 nouveaux cas par an et près de 12 000 décès en 2015, le cancer du sein se place au premier rang des décès par cancer chez la femme, et le taux de dépistage n'augmente pas, quant à lui !

Le ministère de la santé travaille sur un nouveau concept de message pour le dépistage car  si la communication sur le cancer est un art difficile, les médias qui s'y essayent (uniquement) durant le mois d'octobre plombent dramatiquement le message de base, navigant entre du positif à outrance à des révélations de pseudo-infos angoissantes sur les causes supposées du cancer ! : "risque de cancer du sein, méfiez-vous de votre déodorant", "le cancer du sein inquiète moins", "cancer du sein, la chirurgie progresse et guérit", etc... 

Plutôt que de sensibiliser, le focus est mis sur les facteurs de risques et la prévention :  la pilule, les déodorants, les pesticides, l'alimentation, le traitement hormonal substitutif de la ménopause, une première grossesse tardive, le choix de ne pas allaiter, le manque de sport ou le  surpoids, (voilà donc les coupables ??...) avant de conclure qu'il n'y a pas lieu de s'inquiéter puisque le cancer du sein se guérit ! Ouf, donc tout va bien, hein ??... 

Et les effets secondaires lourds, parfois irréversibles, on en parle aussi ?

Et l'effet délétère sur l'entourage qui relativise la maladie (mais si, les journaux ont dit que) : "les cheveux, çà repousse (et plus beaux )", "Ne t’inquiète pas, le cancer du sein, ça se soigne bien maintenant", "On t’enlève un sein ? mais ça se reconstruit et ON fait de très belles choses maintenant"...

STOP, pitié... STOP ! A vous les publicitaires mercantiles, à vous les médias qui jouez la facilité et la désinformation dans vos articles, à vous l'entourage que çà arrange de croire que tout va bien...

Chacun doit se sentir concerné, au quotidien, par la sensibilisation, le dépistage et l'accompagnement, sans attendre que le Ministère de la Santé et les ARS planchent (à coups de gros sous, qui seraient bien plus utiles aux personnes malades) sur un nouveau concept de sensibilisation...

Alors, cette année, j'ai surtout envie de tirer mon chapeau (enfin, le leur !...) à une jeune association "APRES... l'envol" dans le département d'à-coté de chez moi, qui se démène -justement - à SENSIBILISER, non sans humour et bonne volonté, et a mené une superbe action tout au long de ce mois d'octobre.

tee shirt

"APRES... l'envol" - association, loi 1901, créée en 2011 par le Dr Goethals, oncologue à Cholet (49) - est née d'un constat : les personnes atteintes de cancer étaient en demande d'un lieu où se reconstruire. Cette structure associative a donc permis de répondre aux besoins des malades, et de leur entourage, pendant et après un cancer.

 

cholet

 

Un très bel exemple à suivre, et à développer dans bien d'autres départements !...

Lien du site de l'association : ICI  (+ page Facebook : "association APRES l'envol...)

PARLEZ-EN

Mes précédents articles autour du cancer du sein, d'octobre rose, de Rose Magazine ou des Seintinelles :  ICI

Je profite de ce post pour signaler que je suis à la recherche de témoignages pour un travail infirmier

Si une hormonothérapie vous a été prescrite après un cancer du sein, que vous avez des difficultés à accepter le traitement/ ou que vous l'avez arrêté en cours (en prévenant ou pas votre médecin),  merci de prendre contact avec moi par le "Contactez l'auteur" colonne mauve à gauche (sous mon petit logo représentant une boite, et au dessus de la "newsletter), pour une correspondance en toute discrétion

Un blog grandit d'être commenté et partagé. Merci